Au Pérou, 

sur les traces des origines

 

 

Mes deux fils n’étaient jamais allés au Pérou, ils ne connaissaient ni les maisons en briques nues aux toits de tôle, ni la poussière des rues creusées par la pluie et le passage incessant des triporteurs pétaradants.
Ni les jours sans pain, la vie qui agresse, piétine et fatigue chaque jour un peu plus faisant oublier un mal de dos une rage de dents, la pluie qui inonde la cuisine.
Ils n’avaient jamais vu les eaux troubles de l’Amazone ne s’y étaient encore moins baignés, entouré de cousins innombrables et bruyants.
Ils ont découvert une nouvelle famille qui les serrent et qui les embrassent, qui crient leur prénom comme des expressions joyeuses.
Une famille qui renforce et qui rend fier de leur appartenir.

Par leur mère, mes deux fils sont de ce « là-bas » et l’Amazone coule aussi dans leurs veines

Ce sont les images de cette rencontre 

 

 

Lieux du reportage:

Périphérie de Lima, ou vit une partie de la famille. 

Iquitos, ville de 400‘000 habitants qui a la particularité de n’être accessible que par les airs. De cet isolement et sa quasi insularité, cette ville ne bénéficie pas de la relative croissance.remarquée dans quelques autres provinces du pays.

Indianna,  petit bourg à deux heures de bateau de Iquitos, qui est leur vrai point d’origine.